lundi 6 août 2012

Reliance/déliance: dieu, que c'est symbolique !


Pour combiner 
éthique 
et reliance, 
Morin  
ou Maffesoli?
... Hermès,
ose
Marcel 
Bolle de Bal!
Qui suggère
le détour 
par le mythe.
Le symbole. 
Et la poésie...

Marcel Bolle de Bal (1)

Puisque la poésie littéraire, par la simplicité complexe de son expression, peut mieux que la prose scientifique rendre compte des paradoxes, de la complexité de toutes choses, pourquoi ne pas nous engager sur une autre piste, celle de la méditation à partir des symboles et de la mythologie? 
A cet égard, le personnage d’Hermès ne constituerait-il pas, tant du point de vue pratique que du point de vue éthique, l’archétype ou le dieu de la reliance/déliance?

Médiateur

Hermès, dieu des médiations, des passages, des carrefours, de la communication. 
Hermès messager des dieux, intermédiaire entre les dieux et les hommes, entre les hommes, entre la terre et les enfers. 
Hermès, dieu des reliances multiples, diverses, essentielles.

Voleur

Mais Hermès est également le dieu des marchands, des voleurs, des menteurs, des filous. 
Hermès adepte des déguisements, faiseur d’illusions. 
Hermès, dieu des déliances derrière sa façade de médiateur-reliant.

Duel

Hermès, personnage complexe, est aussi présenté comme le dieu des paradoxes et des ambiguïtés. 
Proche du portier Janus à deux têtes (reliées), ne mérite-t-il pas, en ces temps de religiosité complexe et d’intégrisme menaçant, d’être honoré avec humour comme le «dieu de la reliance hyper-moderne», ou, si l’on préfère, comme le «dieu duel de la reliance/déliance» (2)?

Intégrateur

Et puis le caducée, son emblème essentiel, ne symbolise-t-il pas l’équilibre dynamique des forces contraires, leur intégration autour de l’axe du monde? 
N’est-il pas le symbole de l’énigmatique «complexité» humaine et des possibilités infinies de son développement (3)
N’invite-t-il pas son maître Hermès à se faire le reliant messager d’une «éthique de reliance» tout en le (et nous) prévenant de la nécessité d’une «éthique de la  reliance»? (4)

Marcel Bolle De Bal

(1) Le (psycho)sociologue belge Marcel Bolle de Bal est professeur émérite de l'Université Libre de Bruxelles et président d'honneur de l'Association Internationale des Sociologues de Langue Française. Il a été consultant social (durant de nombreuses années), conseiller communal à Linkebeek, en périphérie bruxelloise (1965-1973, 1989-2000), lauréat du Prix Maurice van der Rest (1965). Il a signé plus de 200 articles et une vingtaine d'ouvrages, parmi lesquels... 
. Les doubles jeux de la participation. Rémunération, performance et culture, Presses Interuniversitaires Européennes, Bruxelles, 1990; 
. Wegimont ou le château des relations humaines. Une expérience de formation psychosociologique à la gestion , Presses Interuniversitaires Européennes, Bruxelles, 1998; 
. Les Adieux d'un sociologue heureux. Traces d'un passage, Paris, l'Harmattan, 1999; 
. Le Sportif et le Sociologue. Sport, Individu et Société, (avec Dominique Vésir), Paris, l'Harmattan, 2001; 
. Surréaliste et paradoxale Belgique. Mémoires politiques d'un sociologue engagé, immigré chez soi et malgré soi, Paris, l'Harmattan, 2003; 
. Un sociologue dans la cité. Chroniques sur le Vif et propos Express, Paris, l'Harmattan, 2004; 
. Le travail, une valeur à réhabiliter. Cinq écrits sociologiques et philosophiques inédits, Bruxelles, Labor, 2005; 
. Au-delà de Dieu. Profession de foi d'un athée lucide et serein, Bruxelles,Ed. Luc Pire, 2007; 
. Le croyant et le mécréant. Sens, reliances, transcendances" (avec Vincent Hanssens), Bierges, Ed. Mols, 2008.
(2) Lire à ce propos Françoise Leclercq,  Le Portier du Temple. Visages secrets de Janus, dieu duel, Paris, Detrad, 1999.
(3) Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont, 9e réimpression, 1989, p. 155.
(4) Le contenu de ce message nous a été envoyé par l'auteur, que nous remercions. Les titre, chapeau et inter-titres sont de la rédaction. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire