mardi 24 mai 2016

Près des yeux, près du coeur



Afra la Syrienne et Hania la Polonaise (photo ci-dessus).
Karim le Syrien et Randy l'Allemand. 
Grazyna la Polonaise et Fatima la Somalienne. 
Musa le Syrien et Annabelle la Belge. 
Mariam la Syrienne et Lee le Britannique.
Samira la Syrienne et Sanuta la Polonaise...
Autant de binômes.
Très temporaires parfois. 
Appelés à perdurer  dans certains cas.
Les yeux dans les yeux toujours.
Car, explique le psychologue Arthur Aron, 
«Quatre minutes d'échange visuel, 
il n'y a pas mieux pour rapprocher deux êtres.»


Elle: «Etes-vous arrivé récemment à Berlin?»
Lui: «Oui. 
Il y a huit mois.»
Elle: «Et êtes-vous seul ici, ou avec votre famille?»
Lui: «Seul.
Parfois, la vie est belle.
Parfois, elle ne l'est pas...»
Cet échange, poignant, est tiré d'une campagne à l'avenant.
La dernière en date de Amnesty International
Dont, le message de conclusion, outre les convaincus (d'avance), interpellera tout qui consentira à baisser la garde idéologique...
«L'année dernière, plus d'un million de réfugiés sont arrivés en Europe.
Comme n'importe qui, ils ont leur propre histoire à raconter.
Regardez au-delà les frontières.»



Aucun commentaire:

Publier un commentaire