lundi 15 août 2016

Beni. Encore et encore...



Ce samedi 13 août 2016, 
les massacres ont débuté en fin d'après-midi 
et n’ont pris fin que le lendemain, à l’aube. 
Coûtant à nouveau la vie 
à des dizaines de femmes et d'hommes. 
Dans la périphérie de Beni
à l'est de la République Démocratique du Congo, 
des assaillants armés avaient surgi 
pour tuer et incendier. 
Et les rebelles ougandais 
des Forces démocratiques alliées 
d'être pointés du doigt.
Sans surprise.
 Car l'ADF n'en est pas 
à son coup d'essai dans la région. 
On se souvient notamment de Ngadi 
(une trentaine de morts, le 15 octobre 2014). 
Et de Mavivi 
(une cinquantaine d'autres, le 21 novembre suivant).
Cette fois, des manifestations de colère ont éclaté, 

la population réclamant qu'on la protège.
Et du côté des représentants de la «société civile», 
l'heure est autant aux questions 
qu'aux revendications.
 Ils demandent en effet 
qui (1) la démission du Premier ministre 
et du ministre de la Défense 
qui (2) le départ d'un président Kabila
accusé d'incapacité, de passivité, 
voire même de complicité
En attendant, 
un deuil national de trois jours a été décrété, 
à partir de ce lundi 15 août.
Projet relationnel s'y associe.


(1) Notamment les différentes composantes de la «société civile» (appellation dont on précisera/rappellera qu'elle  n'est pas toujours appréciée au sein des mouvements sociaux africains) du Nord Kivu qui se sont réunies ce lundi 15 août 2016.
(2) La question d'une complicité des plus hautes autorités de l'Etat congolais est explicitement posée, entre autres, par le Front Citoyen de Floribert Anzuluni (voir, pour information, le communiqué ci-dessous).


Communiqué du Front Citoyen 2016


Nouveaux massacres à Beni

Le Président Kabila, 
garant de l'intégrité territoriale, 
doit démissionner ou être poursuivi pour haute trahison!!!


Le Front Citoyen 2016 est, une fois de plus, consterné par les nouveaux massacres survenus à Beni dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 août 2016. 
C'est le résultat d'une énième incursion des présumés rebelles ougandais de l'ADF, au quartier Rwangoma, situé à l'extrême-est de la ville martyre de Beni, dans la province du Nord Kivu.

Ces crimes odieux, qui ont coûté la vie à des dizaines de compatriotes civils, parmi lesquels des femmes, surviennent seulement deux jours après que le Chef de l'État, Joseph Kabila, ait séjourné dans cette région. 
Il a à cette occasion rencontré à Kasese en Ouganda, son homologue Yoweri Museveni, et il a affirmé avoir pris des dispositions, en coopération avec les services de renseignements de ce pays voisin, afin que la population locale ne puisse plus revivre ce cauchemar.

Le Front Citoyen 2016 condamne, encore une fois, avec la dernière énergie, ces massacres inacceptables et exprime sa profonde solidarité avec les frères de Beni, tout en les rassurant d’un soutien indéfectible. 
Le Front Citoyen 2016 leur promet qu'il ne cédera pas à un silence coupable et ne baissera pas la garde jusqu'à ce qu'une réponse juste et responsable soit apportée et que leur droit le plus fondamental, celui de vivre paisiblement dans leur pays, soit intégralement recouvré.

Par ailleurs, le Front Citoyen 2016 note avec regret que le Président Kabila et son gouvernement, ont totalement échoué à ramener la paix dans cette région depuis plus d'une année, soit par mauvaise foi, soit par faiblesse, ou encore par complicité de leurs propres services de défense et de sécurité, au profit de l'ennemi, bien que le Gouvernement, à travers le ministre de la Communication et des Médias, vient de déclarer que ces massacres seraient le fait des groupes «djihadistes radicalisés ou islamistes» tout en sollicitant la solidarité de la communauté internationale. 
Cette intervention, peu convaincante, soulève les questions suivantes... 
Pourquoi ces attaques répétitives depuis plus d’une année n’ont-elles jamais été revendiquées par l’un de ces groupes? 
Qui sont-ils? 
Que revendiquent-ils en RDC? 
Qu’en est-il du refus par le Gouvernement de l’ingérence internationale dans les affaires internes de la RDC? 
Le Front Citoyen 2016 rappelle qu’il est à ce jour clairement établi que certains officiers supérieurs au sein de la chaîne du haut-commandement militaire de l’armée congolaise, tel que le général Mundos Akili qui est nommément cité dans le dernier rapport des Nations Unies, sont directement impliqués dans ces tueries qui ont coûté la vie à des centaines de compatriotes, ce qui expliquerait l’indifférence et le silence des institutions judiciaires et politiques congolaises. 
Ainsi, le Front Citoyen 2016 ne peut plus s'empêcher de conclure que le Président Kabila, commandant suprême des Forces Armées de la RDC et garant de l’intégrité du territoire, pourrait être le véritable responsable de l'insécurité dans cette région en vue notamment de pérenniser une terreur quasi-généralisée dans plusieurs coins du pays pendant cette période cruciale où les Citoyens congolais attendent avec impatience, la fin de son régime, et l'avènement de la première alternance démocratique au sommet de l'État.

Au vu de ces nouveaux massacres, le Front Citoyen 2016 va incessamment relancer Mme Fatou Bensouda, Procureure de la Cour Pénale Internationale, afin que cette dernière ouvre une enquête conformément aux critères du statut de Rome. 
En outre, au vu de la récurrence des faits ainsi que des soupçons de complicité, le Front Citoyen 2016 estime que le Président de la République doit soit démissionner, soit être poursuivi pour haute trahison conformément aux articles 165 et 166 de la Constitution.

Le Front Citoyen 2016 invite encore une fois, le peuple congolais tout entier, en particulier celui de l'Est du pays et les compatriotes de Beni, à se soulever contre toute démarche visant à pérenniser inconstitutionnellement le pouvoir actuel, qui a complètement échoué dans sa mission de sécurisation de la population, et qui a, par sa faiblesse politique, diplomatique et militaire, humilié notre pays aux yeux de la sous-région et du monde, alors que la RDC, par sa position, est appelée à jouer un rôle déterminant dans le développement de l'Afrique.

L’Alternance doit avoir lieu en 2016 !

CONGOLAIS TELEMA!!!


Pour les Citoyens rassemblés au sein du Front Citoyen 2016,
Floribert Anzuluni, Coordonnateur,
Jean Claude Katende, Porte-parole,
Carbone Béni Wa Beya, Coordonnateur/Coordination de Kinshasa.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire