mardi 14 septembre 2010

Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) Révolution copernicienne ?


Avec la montée en puissance d’une conception de l’entreprise comme fait social, la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) serait-elle en train de vivre sa révolution copernicienne?

Des chercheurs comme la québécoise Corinne Gendron (photo)(1), en tout cas, contribuent à secouer les idées reçues.


La «responsabilité sociale» (2) peut s’appréhender sous l’angle de l’interface entre l’entreprise et la société. Mais elle peut également être approchée par le biais de l’entreprise comme fait social.
Ce type de démarche est préconisé par le sociologue français Alain Touraine quand il propose de formaliser l’entreprise en tant qu’institution sociale privée. A savoir une institution qui, bien que dédiée à des fins privées, ne peut, pour accéder à la légitimité, se passer de servir l’intérêt général. (3)
Selon Corinne Gendron, cette conception de l’entreprise ouvre une nouvelle perspective: celle «de comprendre la responsabilité sociale comme adéquation entre la finalité de l’entreprise et le projet de société d’une époque donnée, que celui-ci se traduise par des lois ou, de façon plus diffuse, par ce qu’on appelle les "attentes sociales".
L’entreprise responsable est donc celle qui contribue positivement à la société, et est en mesure de le démontrer.» (4)

Vingt ans plus tard...

La déclinaison de l'intérêt général évolue substantiellement à travers l’histoire, précise notre guide...
«Un bien-être défini en termes de niveau de vie et de production il y a vingt ans à peine se décline davantage en termes de qualité de vie et de préservation de l’environnement aujourd’hui.
L’entreprise qui se contente d’offrir des biens et des services en fournissant des salaires était certes en parfaite adéquation avec le projet de société productiviste qui caractérisait la deuxième moitié du siècle dernier.
Mais sa contribution à une société qui définit l’intérêt général en se référant au développement durable est moins évidente.
D’où l’effort particulier des entreprises ces vingt dernières années pour démontrer et publiciser cette contribution.» (5)
De nos jours, en effet, l’idéologie de la responsabilité sociale dépeint l’ «entreprise nouvelle» sous la forme d’une entité qui embrasse l’intérêt général.
Une nette rupture avec la perspective qui, défendue depuis l’époque d’Adam Smith jusque dans les années 1970, renvoyait à l’idée que pour remplir sa mission sociale, il suffisait de se consacrer à la maximisation de ses profits.
Dorénavant, l’entreprise est lue comme porteuse de responsabilités qui s’ajoutent à sa mission économique.
Dans ce contexte, l’éclairage du fait social projeté sur l’entreprise s’avère prometteur.
Il devrait autoriser à mieux saisir la signification de la responsabilité sociale à l’échelle de la société. (6)

(A suivre)

Christophe Engels (d’après Corinne Gendron)

(1) Corinne Gendron est titulaire de la Chaire de responsabilité sociale et de développement durable ainsi que professeure titulaire au Département Stratégie et responsabilité sociale et environnementale, dans le contexte de l’École des Sciences de la Gestion de l’Université du Québec à Montréal.
(2) Nous ne ferons pas de différence, ici, entre Responsabilité Sociale et Responsabilité Sociétale des Entreprises. Une nuance sur laquelle nous reviendrons dans un prochain message.
(3) Cfr. Touraine Alain, «Les méthodes de la sociologie» in Serge Moscovici et Fabrice Buschini (dirs.), Les méthodes des sciences humaines, Paris, Presses Universitaires de France, 2003.
(4) Gendron Corinne, «L’entreprise comme vecteur du progrès social : la fin ou le début d’une époque?», in Les cahiers de la CRSDD, collection Recherche, 2009, Montréal, p. 28.
(5) Gendron Corinne, «L’entreprise comme vecteur du progrès social : la fin ou le début d’une époque?», ibidem, p. 27.

(6) Pour suivre: d'autres messages consacrés à la Responsabilité Sociétale des Entreprises, puis à la Responsabilité Sociétale des Acteurs Economiques.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire