dimanche 16 mai 2010

L'allocation universelle en question...


«Allocation universelle, "revenu garanti", "revenu minimum garanti" : quelle différence ?»
(1)


L’allocation universelle se définit comme «un revenu versé par une communauté politique à tous ses membres, sur base individuelle, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie» (2).
Elle a été très diversement désignée, habituellement par la conjonction d’un substantif – «allocation», «revenu», «dividende», «prime», «salaire» - et d’un adjectif ou complément – «universel», «général», «garanti», «national», «de base», «citoyen», «de citoyenneté», «d’existence».
L’allocation universelle ne se différencie donc pas plus d’un «revenu garanti» que, par exemple, d’un «revenu de citoyenneté» ou d’un «revenu d'existence».

En revanche, elle ne doit pas être confondue avec le dispositif conventionnel de «revenu minimum garanti», connu en Belgique sous le nom de «revenu d’intégration» (725 euros/mois pour un célibataire sans enfant) ou en France sous l’appellation de «revenu de solidarité active» (464 euros).

Aux questions
. «quoi?»,
. «de qui?»,
. «à qui?»,
. «comment?»,
. et «en échange de quoi?»,
le revenu minimum garanti répond
. revenu en espèces et sur une base régulière (en général une fois par mois),
. versé par les pouvoirs publics,
. aux personnes en situation de précarité,
. en tenant compte de la situation familiale de chacun (en couple ou non, avec ou sans enfant(s)),
. et en échange d’efforts consentis à la recherche d’un emploi.

L’allocation universelle se distingue en ce sens que, si elle fait chorus en termes de
. revenu (du même type),
. versé par les pouvoirs publics,
elle entend, elle, destiner ce montant
. à tout un chacun,
. sur une base individuelle
. et en échange de… rien !

Revenu minimum garanti et allocation universelle ont donc, certes, des points communs : tous deux se concrétisent par des prestations
. versées en espèces et sur une base régulière,
. par des pouvoirs publics,
. sans être réservées à des personnes ayant préalablement cotisé.

La deuxième nommée se démarque cependant du dispositif conventionnel par le fait qu’elle est attribuée
. à tous et pas seulement aux plus pauvres,
. sans tenir compte de la situation familiale des bénéficiaires,
. et sans aucune exigence de contrepartie. (3)

Christophe Engels
(d'après Yannick Vanderborght et Philippe Van Parijs, L’allocation universelle, La Découverte, coll. Repères, Paris, 2005)

(1) Question récemment posée.
(2) Yannick Vanderborght et Philippe Van Parijs, L’allocation universelle, La Découverte, coll. Repères, Paris, 2005, p.6.
(3) Pour suivre:
. L'allocation universelle en question... "L'allocation universelle est-elle réaliste?"
. L'allocation universelle en question... "L'allocation universelle serait-elle plus efficace contre le chômage?"
. L'allocation universelle en question... "L'allocation universelle peut-elle être à la fois réaliste et efficace?"
. L'allocation universelle en question... "L'allocation universelle: juste ou injuste?"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire