jeudi 1 juillet 2010

Business social. Panne d'essence, non merci !


La théorie
du libre marché
s'avère défaillante
dans sa conceptualisation,
assure le détenteur
du prix Nobel de la Paix 2006,
Muhammad Yunus (1).
D'où son incapacité à saisir
l'essence même de l'humain...





Et si le capitalisme s’enracinait dans une conception trop étroite de la nature humaine?
Et si cet a priori réduisait la personne plurielle, foisonnante et complexe à un individu unidimensionnel?
Et si un tel cliché expliquait que l'homme puisse parfois se voir caricaturé sous la forme d'un être dont le seul et unique projet porterait sur la maximisation du profit?
«Notre théorie économique a créé un monde unidimensionnel peuplé par ceux qui se consacrent au jeu de la concurrence et pour qui la victoire ne se mesure qu'à l'aune du profit, écrit Muhammad Yunus.
Comme cette théorie nous a convaincus que la recherche du profit constituait le meilleur moyen d'apporter le bonheur à l'espèce humaine, nous imitons avec enthousiasme la théorie en nous efforçant de nous transformer en êtres unidimensionnels.
Et le monde d'aujourd'hui est si fasciné par le succès du capitalisme qu'il n'ose pas mettre en doute le système sous-jacent à la théorie économique.
La réalité est néanmoins très différente de la théorie.
Les individus ne sont pas des entités unidimensionnelles; ils sont passionnément multidimensionnels.
Leurs émotions, leurs croyances, leurs priorités, leurs motifs peuvent être comparés aux millions de nuances que sont susceptibles de produire les trois couleurs primaires.» (2)

Constat de carences

En éludant le caractère multidimensionnel de la nature humaine, nous avons créé un monde artificiel et décalé.
Un monde qui considère qu’une entreprise ne se conçoit pas sans quête de profit maximal.
Un monde qui exclut tout autre type d’activité économique.
Un monde qui, par conséquent, se montre rigoureusement incapable de répondre aux problèmes sociaux les plus pressants.
Autant de carences auxquelles il convient de remédier au plus vite... (3)(4)

(A suivre)

Christophe Engels
(D'après Yunus Muhammad, Vers un nouveau capitalisme, J.-C. Lattès, coll. Le Livre de Poche, Paris, 2007)


(1) Ceux auxquels le nom de Muhammad Yunus ne dirait rien se référeront utilement au précédent message de ce blog: «Business social. Nouveau capitalisme?».
(2) Yunus Muhammad, Vers un nouveau capitalisme, J.-C. Lattès, coll. Le Livre de Poche, Paris, 2007, p.48-49.
(3) Pour suivre: d'autres notes de lecture de Muhammad Yunus.
(4) En cas de difficulté technique, vos commentaires peuvent également être envoyés (avec ou sans signature nominale et/ou adresse électronique) à engels_chr@yahoo.fr. Ils seront publiés sur ce blog dès que possible.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire