mardi 7 février 2012

A.C.P. Approche Centrée sur... ma Personne ?

L'Approche Centrée
sur la Personne

serait-elle
une Approche Centrée
sur ma Personne?

En un sens, oui.
Car elle requiert
moins de moi

une attention directe
à mon interlocuteur
qu'une forme
plus réflexive
de vigilance...
Vigilance
aux sentiments

que l'autre
provoque en moi.

Vigilance
à
ma propre perception
de ce vis-à-vis.

Vigilance aux émotions
engendrées
en moi-même
par cette relation à autrui.


D'abord appelée «Thérapie Centrée sur le Client», la démarche initiée par le psychologue américain Carl Rogers (1) n'allait pas longtemps rester fidèle à son nom de baptême...

Du client au thérapeute

«L’attitude non directive n’est pas une ascèse, une inhibition de soi, écrivait déjà en 1970 le psychothérapeute et chercheur en sciences humaines Max Pagès (2).
Elle est, au contraire, une acceptation de soi, mieux une "affection de soi", un plaisir d’être soi et nous ajouterons aussi le courage d’être soi.

Elle ne consiste pas à s’effacer, à abandonner sa place pour se mettre à la place d’autrui, mais au contraire, à accepter, à vouloir qu’autrui ait sa place propre, qui n’est pas et ne sera jamais celle du thérapeute.
Cette thérapie "centrée sur le client", on pourrait tout autant, et peut-être plus justement encore, l’appeler une thérapie "centrée sur soi" (c’est une des raisons pour lesquelles nous ne croyons pas très heureuse l’expression "centré sur le client").»
La «Thérapie Centrée sur le Client» était donc appelée à évoluer.
Elle allait d'abord se débarrasser de la connotation peu enthousiasmante du mot
«thérapie» en adoptant le nouveau nom d'«Approche Centrée sur le Client».
Une transformation qui, pourtant, allait bientôt s'avérer insuffisante...
D'où, très vite, un nouveau changement de dénomination.
Bienvenue, désormais, à l'
«Approche Centrée sur la Personne»...

De la thérapie à la relation interpersonnelle

«Approche Centrée sur la Personne», donc.
La personne?
Oui.
D'abord parce que, dans son acception personnaliste, ce terme fait la part belle à la relation.
Ensuite parce que, par son champ sémantique infiniment plus vaste, il a l'avantage d'englober bien davantage que la notion de client.
A commencer par celle de thérapeute.
«
Dans le travail thérapeutique, le thérapeute n’est pas tant attentif au client, objet derrière une vitre, qu’aux sentiments que provoque en lui le client, poursuit le Français.
Le travail thérapeutique n’est pas autre chose qu’une extrême, délicate, amoureuse attention, pourrait-on dire, portée par le thérapeute à ses propres perceptions du client, à ses émotions en relation avec le client.» (3)
Sous cet angle, l'Approche Centrée sur la Personne deviendrait-elle donc, en un sens, approche centrée sur ma personne?
«Ici ressort nettement un paradoxe, écrit en tout cas Pagès.
Ainsi cette attention et valorisation inconditionnelle d’autrui, c’est une attention et une valorisation inconditionnelle de soi-même.» (4)
C'est que, précise notre guide, «L’expérience de soi est nécessairement ambivalente sauf lorsqu’elle implique une acceptation, un affrontement de l’angoisse au niveau le plus profond: l’angoisse de la solitude, de la séparation, de la mort, de la différence avec autrui, de l’individualité, de l’incommunicabilité avec autrui, angoisses qui s’évoquent l’une l’autre et se symbolisent mutuellement.» (5)(6)

Christophe Engels (d'après Max Pagès et Carl Rogers)

(1) Docteur en psychologie, professeur à l'université de Chicago et fondateur (en 1964) d'un Institut des Sciences du Comportement, Carl Rogers (1902-1987) a créé l'Approche Centrée sur la Personne. Il laisse une oeuvre et une pensée qui continuent à exercer une influence profonde sur tout le courant de la psychologie humaniste.
(2) Né en 1926, Max Pagès préconise une approche dialogique de l'être humain, c'est-à-dire l'association du biologique, du psychisme et du social.
(3) Pagès Max, L’orientation non directive en psychologie et en psychologie sociale, Dunod, Paris, 1970, p.65.
(4) Pagès Max,
ibid., p.65.
(5) Pagès Max,
ibid., p.66.
(6)
Pour suivre (sous réserve de modifications de dernières minutes): des messages consacrés
. à l’Approche Centrée sur la Personne (par ou d'après Carl Rogers, Max Pagès, Jean-Marc Priels, André de Peretti...),
. à l'empathie (avec l’aide précieuse de Jean-Marc Priels),
. à plusieurs aspects de la Communication Non Violente et à l'Université de Paix (d'après Marshall Rosenberg, avec l’aide précieuse de Jean-Marc Priels),
. à la reliance et à la sociologie existentielle (par et d'après Marcel Bolle de Bal),
. au personnalisme (par Vincent Triest,...)....

Aucun commentaire:

Publier un commentaire