jeudi 18 janvier 2018

Croisement des cultures. Cet air, t'en souviens-tu?






«S'il vous plaît, Madame. 

Pourriez-vous m'indiquer 
le chemin d'un chef d'oeuvre?»
«Avec plaisir, Monsieur.
Vous voyez le carrefour, 

là-bas?
Oui, oui: 

juste devant vous.
Vous le voyez?

Regardez mieux.
Non, pas comme ça!
Pas avec indifférence.
Non, non!
Pas davantage avec méfiance.
Ni avec scepticisme.
Encore moins avec colère.
Voiiiilà...
Vous y êtes!
Continuez à regarder 

avec ces yeux de Chimène.
Vous voyez: 

vous commencez à apercevoir 
un petit chef d'oeuvre.
Juste là.
Au croisement des cultures.»



«Cet air, t’en souviens-tu?
Ce bel instant perdu
d’un pari qui n'est plus.
Cet air, t’en souviens-tu?
L’odeur d’un matin nu,
d’un Mali dévêtu.

Pars et ne te retourne pas.
Chaque fois qu’une chose est sifflée,
un morceau de ta vie est passé.
Va et tu le retrouveras.

Cet air, t’en souviens-tu? 
Se perdre dans les rues,
dans un saut continu.
Cet air, t’en souviens-tu? 
Souffler, le soir venu
vers ceux qui ne sont plus.

Pars et ne te retourne pas.
Chaque fois qu’une chose est sifflée,
un morceau de ta vie est passé.
Va et tu le retrouveras.

Cet air, je m’en souviens
comme un rêve qui m'étreint.
Toute la chaleur détient 
la douceur de sa main.

Chaque fois qu’une chose est sifflée,
un morceau de ta vie est passé.
Oui, pars et ne te retourne pas.
Chaque fois qu’une chose est sifflée,
un morceau de ta vie est passé. 
Va et tu le retrouveras.» (1) 

(Fatoumata Diawara et Mathieu Chedid)


(1) Chedid Mathieu et Diawara Fatoumata, Cet air, extrait de l'album Lamomali, 2017.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire