lundi 31 décembre 2018

Bon an mal an. Ce monde que nous pouvons changer


























         En étant moins 
         dans le jugement,
         nous apprécierons 
         davantage les gens, 
         et réciproquement. 
         Explique 
         la psychologue américaine 
         Ellen Langer.
         Qui, 
        forte de 
       divers travaux 
      de recherche (1)
     prône l'intégration 
    plutôt que l'équilibre.
   Et la solution 
  gagnant-gagnant
 plutôt que 
le choix dichotomique 
ou même le compromis.
Fructueuse source d'inspiration, sans doute,
à l'heure de prendre 
les traditionnelles «bonnes résolutions» de nouvel an
Dans le contexte sociétal et politique que l'on sait...

«En tant que personne, je ne peux pas changer le monde.
Mais je peux changer le monde d'une personne.»
(Paul Shane Spear)




















«En faisant l'effort de prêter attention à ce qui se passe autour de nous au lieu de nous contenter de fonctionner en mode "pilote automatique", nous pouvons réduire notre stress, libérer notre créativité et booster nos performances.» (2)
Ainsi s'exprime Ellen Langer.
Qui suggère aussi d'être moins dans le jugement.
Et de viser l'intégration plutôt que l'équilibre...

Forcer n'est pas jouer

Ne soyons pas naïfs.
Le monde n'est pas fait que de pétales de rose. 
Et face à certains interlocuteurs, nous n'aurons d'autre solution que l'affrontement, voire, parfois, le renoncement ou la fuite.  
Restent tous les autres cas.
Pour lesquels les propositions de la Madame Pleine Conscience de Harvard méritent réflexion. 
Qu'avance-t-elle? 
Que l'idée d'équilibre se construit implicitement sur la nécessité de mettre deux termes en opposition.
Et que, ce faisant, le débat s'en trouve biaisé.
Car le plus souvent, une  telle dichotomie n'a rien d'indispensable. 
Les deux termes en question, ne vaut-il pas mieux, en effet, les articuler autour de l'humain?
En sortant ainsi des catégories toutes faites.
Et en évitant par là même de nous laisser embrigader dans des classifications établies par la société.
«Une telle approche machinale des différends nous enferme, écrit notre inspiratrice du jour.
Elle nous contraint soit à choisir entre une option et une autre, soit à nous rabattre sur le compromis.
Or, il est à peu près toujours possible d'envisager des solutions gagnant-gagnant.
Au lieu de laisser les gens camper sur leurs positions, nous aurions donc tout intérêt à revenir en arrière pour ouvrir de nouvelles voies.
Comment?
Par exemple en intervertissant les positions des adversaires en présence. 
En leur faisant défendre le parti d'en face. 
Histoire de mettre chacun en position de réaliser que l'autre camp a aussi des arguments pertinents à faire valoir.
Le chemin sera alors tracé pour une solution permettant aux deux parties d'avoir raison.» (2)


(1) Nombre des travaux de recherche menés par Ellen Langer à l'Université Harvard portent sur la pleine conscience. 
(2) Langer Ellen, Mindfulness in the Age of Complexity, Harvard Business Review, mars 2014.

























1 commentaire:

  1. Quel foisonnement !!! Je te reconnais bien là.
    À toi aussi 2019 vœux. Et pourquoi pas plus encore.
    Je n'ai pas trouvé de lien vers mon site.
    https://www.le-pouvoir-des-mots.be
    Ce serait bien que tu le consultes, que tu me dises ce que tu en penses et que tu le fasse figurer sur ton blog, comme partenaire. À quand la joie de te revoir.
    Sully

    RépondreSupprimer