lundi 10 décembre 2012

116 millions de «p'tits» Européens: émoi, émoi, émoi

 
Sus à la pauvreté!
La Commission européenne y va de son cri.
Cri de détresse?
Cri du coeur?
Elle suggère en tout cas la création 
d'un  Fonds d'aide aux plus démunis.
Destiné à appuyer les divers dispositifs 
mis en place par les États membres.
Une proposition désormais transmise pour approbation 
au Parlement européen
et au Conseil des ministres de l’Union. 

Deux milliards et demi d'euros.
Tel est le montant de l'enveloppe que la Commission a prévu d'allouer aux États membres. 
Qui financeraient 15 % des coûts de leurs programmes nationaux tandis que le solde de 85 % serait pris en charge par le nouveau Fonds européen d'aide aux plus démunis.
«Nous avons besoin, au niveau européen, de nouveaux mécanismes de solidarité et de ressources appropriées pour aider les personnes défavorisées et les pauvres qui, souvent, vivent dans une situation de réelle urgence sociale, explique José Manuel Barroso, président de la Commission.  
Ce que vise précisément à apporter le nouveau Fonds approuvé aujourd'hui.»
«Ce Fonds permettrait d'apporter une aide concrète pour contribuer à l'intégration sociale des citoyens européens les plus vulnérables, ajoute László Andor, Commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion. 
Il entend donner corps à la solidarité de l'Union avec les plus faibles —ceux qui ont été le plus touchés par la crise économique et sociale. 
J'espère que les États membres et le Parlement européen adopteront rapidement cette proposition et le budget y afférent. 
De la sorte, ceux qui ont besoin d'aide pourront en bénéficier dans les meilleurs délais.»

Etats et O.N.G. à la manoeuvre...

Les Etats membres auraient donc désormais la possibilité d'introduire une demande. 
Objet de la requête: «le cofinancement de programmes opérationnels à l'appui de dispositifs destinés à fournir, par l'intermédiaire d'organisations partenaires, des aliments aux plus démunis ainsi que des vêtements et d'autres biens essentiels (comme des chaussures, du savon ou du shampoing) aux sans-abri et aux enfants souffrant de privation matérielle.»
Période concernée: 2014-2020.
Avantage: la souplesse consentie aux autorités des États membres pour la planification et la fourniture de l'assistance dans le cadre de leurs dispositifs nationaux.  
Toute liberté serait en effet laissée aux États membres de fixer eux-mêmes les critères détaillés pour l'octroi de l'aide la mieux adaptée aux besoins locaux.
Les organisations partenaires elles-mêmes, souvent non gouvernementales, pourraient être impliquées dans ce processus. 
Elles seraient par ailleurs chargées de distribuer les denrées alimentaires et les biens aux plus démunis, dont elles contribueraient en outre à l'intégration sociale.  
«Ces mesures d’accompagnement pourraient également être cofinancées par le Fonds, précise-t-on à la Commission.
Un Fonds auquel les autorités nationales pourraient recourir 
. soit pour acheter des aliments ou des biens qu'elles mettraient ensuite à la disposition des organisations partenaires,
. soit pour apporter à celles-ci les financements nécessaires.»

En savoir plus...
«En vertu de la stratégie Europe 2020, l'UE doit réduire d'au moins 20 millions le nombre de personnes en situation ou menacées de pauvreté, explique-t-on du côté de la Commission européenne.
Des 116 millions de personnes menacées de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'Union, quelque 40 millions souffrent de privation matérielle aiguë.
L’une des principales caractéristiques de la privation matérielle est l’impossibilité d’accéder à une quantité suffisante de denrées alimentaires de qualité appropriée.   
La part de la population de l’Union n’ayant pas les moyens de s’offrir un repas avec viande, volaille ou poisson (ou l’équivalent végétarien) un jour sur deux –ce que l’Organisation mondiale de la santé définit comme un besoin fondamental– s’élevait à 8,7 % en 2010, soit plus de 43 millions de personnes, et les premiers chiffres disponibles pour 2011 indiquent une détérioration de la situation.»
Le sans-abrisme est une forme particulièrement grave de privation matérielle.
Son ampleur? 
Difficile à quantifier.  
On l'estime toutefois à 4,1 millions.  
Soit le nombre de personnes directement concernées en Europe pour la période 2009-2010. 
Un nombre sans nul doute sous-estimé dans la mesure où il n'intègre pas les impacts sociaux de la crise économico-financière et de la hausse du chômage.  
Plus inquiétant encore: les familles avec enfants, les jeunes et les personnes issues de l’immigration sont de plus en plus nombreux parmi les sans-abri.
«L’Union compte 25,4 millions d’enfants menacés de pauvreté ou d’exclusion sociale, précise un communiqué de la Commission. 
D’une manière générale, les enfants courent un risque accru de pauvreté ou d’exclusion sociale par rapport au reste de la population (27 % contre 23 %), ce qui les expose à une privation matérielle qui va au-delà de la malnutrition. 
Ainsi, 5,7 millions d’enfants n'ont pas les moyens de porter des vêtements neufs et 4,7 millions n’ont pas deux paires de chaussures de la pointure appropriée (y compris une paire de chaussures toutes saisons). 
La probabilité que les enfants qui souffrent de privation matérielle soient en échec scolaire, soient en mauvaise santé et ne réalisent pas tout leur potentiel en tant qu’adultes est plus élevée que chez leurs camarades plus aisés.
Le principal instrument de l’Union pour favoriser l’employabilité, lutter contre la pauvreté et promouvoir l’inclusion sociale est et restera le Fonds social européen (FSE).  
Ce fonds structurel investit directement dans les compétences des personnes, qu'il vise à valoriser sur le marché du travail. 
Cependant, certains des citoyens les plus vulnérables en situation d’extrême pauvreté sont trop éloignés du marché du travail pour bénéficier des mesures d’inclusion sociale du FSE.
Le programme européen de distribution de denrées alimentaires aux personnes les plus démunies (PEAD) est, depuis 1987, une source importante d'approvisionnement pour les organisations qui travaillent en contact direct avec les personnes les plus défavorisées, à qui elles fournissent des produits alimentaires. 
Il distribue actuellement quelque 500 000 tonnes de denrées par an au bénéfice de ces personnes.  
Il a été créé pour utiliser au mieux les surplus d'une production agricole alors excédentaire.   
En raison de l’épuisement attendu des stocks d’intervention, ainsi que de leur grande imprévisibilité sur la période 2011-2020 du fait des réformes successives de la politique agricole commune, un terme sera mis au PEAD à la fin de 2013.  
Le Fonds européen d'aide aux plus démunis proposé vise à remplacer le PEAD, et à apporter des améliorations par rapport à celui-ci.»
Mais encore...
. La dernière Revue trimestrielle sur l'emploi et la situation sociale dans l'UE: http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=fr&catId=457&newsId=956&furtherNews=yes
. Pour recevoir gratuitement le bulletin d’information électronique de la Commission européenne sur l’emploi, les affaires sociales et l’inclusion: Bulletin d'information.
. Suivez László Andor sur Twitter: http://twitter.com/LaszloAndorEU

9 commentaires:

  1. Madame, Monsieur,

    Les Equipes Populaires sont en campagne : campagne d'action "une couverture de laine c'est bien, une couverture sociale c'est mieux".

    L'objectif est de rappeler toute l'importance de la sécurité sociale comme barrage à l'exclusion sociale.

    Notre système de protection sociale est de plus en plus remis en question notamment à travers des mesures d'austérité. Les Equipes Populaires s'inquiètent également d'une dérive progressive vers un système d'assistance sociale et appellent à se mobiliser pour défendre la sécurité sociale et ce à travers 9 revendications.

    Dans ce cadre, les Equipes Populaires de la Province de Namur organisent ce mardi 11 décembre à 19h30 à Namur une soirée-débat avec un représentant de la Mutualité chrétienne portant le régime des soins de santé.

    Vous trouverez en annexe toutes les informations utiles relatives à ce débat ainsi que la brochure reprenant nos revendications.

    Je reste à votre disposition pour toute information complémentaire au 0472/27.56.96.
    Thierry Monin
    Equipes Populaires de la Province de Namur
    Secrétaire régional
    Place l'Ilon, 17 5000 Namur
    Tél : 0(032)81/22.74.34
    Fax : 0(032)81/22.07.19
    GSM : 0(032)472/27.56.96
    courriel : monin@equipespopulaires.be
    Site Internet : www.equipespopulaires.be
    Facebook : Equipes Populaires Namur

    RépondreSupprimer
  2. Dans le cadre de son cycle de conférences, l’Université de Paix vous donne rendez-vous le 11 décembre et le 22 janvier 2013 dès 19h30 à l'Université de Paix (Bd du Nord, 4 - 5000 Namur) pour une série de conférences...



    > Mardi 11 décembre 2012 - La science et les méthodes utilisées dans la série « Lie to me » expliquées (Une introduction à la lecture et la compréhension des émotions, de la vérité et du mensonge) – Par Arnaud Blavier, Consultant, formateur, Managing Director de "Detego Group – Learn to read people".

    Cette conférence, approuvée par Paul Ekman, a pour but de :

    > Clarifier et/ou démystifier certaines croyances concernant la détection du mensonge.
    > Tester l’habilité des personnes à voir les micro-expressions sur le visage et aborder leurs rôles par rapport aux émotions.
    > Introduire le modèle psychologique derrière les mensonges.
    > Établir la contribution que peuvent avoir ces compétences de lecture et d’interprétation dans le cadre du travail (et de la vie privée aussi).

    La conférence est organisée de manière vivante grâce à de nombreuses interactions et tests.

    Prix d’entrée : 15 euros
    Prix étudiant, chômeur : 12 euros



    > Mardi 22 janvier 2013 - Café philo : S'engager, pour qui, pour quoi ? – Par Brice Droumart, le mardi 22 janvier 2013 à l’Université de Paix.

    Les « Cafés philo » offrent un lieu de rencontre et de partage entre des personnes qui souhaitent échanger sans tabous et dans une ambiance décontractée...

    "Pourquoi s’engage-t-on ? Certains s’engagent en politique, d’autres ont des projets humanitaires… Dans quel but ? Qu’est-ce qui peut amener un individu à se mettre au service des autres ou d’une cause ? Plus loin, tous les moyens sont-ils acceptables pour défendre ses engagements ? Quel recours à la violence et comment le justifier ?"

    http://www.universitedepaix.org/wp-content/uploads/2011/01/cal.jpgEn partenariat avec le CAL du Brabant-Wallon

    Prix d’entrée : 5 euros
    Prix étudiant, chômeur : 3 euros



    > Info & inscription : +32(0)81 55 41 40

    > Découvrez toutes les conférences et cafés philo 2012-2013 de l'Université de Paix:
    http://www.universitedepaix.org/newsletter/newsletters/01-12-2012/

    RépondreSupprimer
  3. Formations à venir à l'Université de Paix


    Voici un récapitulatif des formations qui se déroulent en décembre et janvier à l'Université de Paix (Bd du Nord, 4 - 5000 Namur).



    > Lundi 10 & mardi 11 décembre 2012 - Contes et conflits
    Avec Julie Duelz, Formatrice à l'Université de Paix & Diane Sophie Geerts, Licenciée en communication sociale, Directrice de La Maison du conte et de la littérature asbl, Conteuse.

    http://www.universitedepaix.org/newsletter/newsletters/01-06-2012/Logo_one_news.jpgCette formation est gratuite pour les professionnels de l'accueil de l’Enfance, dans le cadre du décret ATL. Pour plus d’informations : Université de Paix – 0(032)81 55 41 40.



    > Mercredi 19 & jeudi 20 décembre 2012 - Diriger selon le mode sociocratique de gouvernance
    Avec Jean-Luc Gilson, Master en sciences économiques et en sciences sociales, Master en gestion fiscale Solvay, Gradué de l’école internationale des Chefs.



    > Mercredi 26 & jeudi 27 janvier 2013 - Communiquer… C’est comme danser!
    Aller plus loin dans la Communication Nonviolente, avec Jean-François Lecocq, Formateur en Communication Nonviolente, Médiateur, Entraîneur à l’action nonviolente & Claire Struelens, Formatrice à l'Université de Paix.



    > Mardi 29 & mercredi 30 janvier 2013 - Pratique de médiation
    Avec Mireille Jacquet et Gilles Fossion, Formateurs à l'Université de Paix.

    http://www.universitedepaix.org/newsletter/newsletters/01-06-2012/Logo_one_news.jpgCette formation est gratuite pour les professionnels de l'accueil de l’Enfance, dans le cadre du décret ATL. Pour plus d’informations : Université de Paix – 0(032)81 55 41 40.

    http://www.universitedepaix.org/newsletter/newsletters/01-10-2011/apef_news.jpgCette formation est gratuite pour les travailleurs du non-marchand relevant des CP 319.2, 327.2, 329.2 et 329.3 & 332. Plus d’infos : APEF – 0(032)2 229 20 23 –- formation@apefasbl.org



    > Lundi 18 & mardi 19 février 2013 - AïkiCom
    Approche corporelle de la communication et de la résolution non violente des conflits inspirée de l’Aïkido
    Avec Christian Vanhenten, Professeur d'aïkido (troisième dan) et maître praticien en PNL

    http://www.universitedepaix.org/newsletter/newsletters/01-10-2011/apef_news.jpgCette formation est gratuite pour les travailleurs du non-marchand relevant des CP 319.2, 327.2, 329.2 et 329.3 & 332. Plus d’infos : APEF – 0(032)2 229 20 23 –- formation@apefasbl.org



    > Mercredis 20 & 27 février et 6 & 13 mars 2013 (après-midis) - Soutenir les enfants dans leur gestion de conflit (via la théorie de l'attachement)
    Avec Nathalie Ballade, Formatrice à l'Université de Paix et Marie-Noëlle de Theux-Heymans, Psychopédagogue, Formatrice d’adultes formée à la théorie de l’attachement à l’Université Paris-Diderot

    http://www.universitedepaix.org/newsletter/newsletters/01-06-2012/Logo_one_news.jpgCette formation est gratuite pour les professionnels de l'accueil de l’Enfance, dans le cadre du décret ATL. Pour plus d’informations : Université de Paix – 0(032)81 55 41 40.



    > Jeudi 21 & vendredi 22 février 2013 - Systémique et communication
    Avec Gilles Fossion et Julien Lecomte, Formateurs à l'Université de Paix



    > Info & inscription : 0(032)81 55 41 40.

    ./...

    RépondreSupprimer
  4. ./...

    Formations en partenariat avec les éditions Larcier

    http://www.universitedepaix.org/newsletter/newsletters/01-12-2012/logoLarcier.jpg"Écouter, convaincre, concilier, expliquer, encadrer, diriger… L’essentiel du métier de l’avocat, du notaire et de tout juriste est bien souvent là. Et ces aspects humains sont d’autant plus difficiles à maîtriser que le droit devient toujours plus technique, plus complexe, plus spécialisé, et que les attentes du grand public vis-à-vis de la justice et de ses représentants ne cessent de croître [...] Pour vous aider à développer vos compétences dans ces domaines, Larcier Formation vous propose une offre exclusive de formations en partenariat avec l’Université de Paix".

    Les formations proposées sont les suivantes :

    Gérer les émotions en milieu professionnel (Jeudis 17/01/013 et 05/02/2013)
    Pratiquer la médiation (Mardis 19 et 26/03/2013)
    S’affirmer pour mieux collaborer (Mardis 23 et 30/04/2013)
    Pratiquer la négociation collaborative (Mardi 7 et 14/05/2013)
    Écouter pour gagner en efficacité (Jeudi 30/05/2013 et Mardi 04/06/2013)

    > Plus d'informations : http://editions.larcier.com


    Formation en partenariat avec l’IFC

    Lundis 22 & 29 avril 2013 - Gestion des relations critiques en classe (incivilité, conflit, violence…).
    Niveau initiation – Référence IFC : 320071201/8396.
    Avec Almudena Vaquerizo Gilsanz & Gilles Fossion, Formateurs à l'Université de Paix.

    http://www.universitedepaix.org/newsletter/newsletters/01-10-2011/ifc.jpgFormation gratuite pour les membres du personnel de l’enseignement secondaire.

    > Inscription : Institut de la Formation en Cours de Carrière – 0(032)81 83 03 10


    Bon à savoir !

    L’Université de Paix offre trois « bourses de formations » : durant l’exercice 2012-2013, l'Université de Paix offre la réalisation de trois formations de 3 jours (hormis les frais de déplacement) pour un groupe constitué (12 à 16 personnes), situé en Fédération Wallonie-Bruxelles. Pour la prochaine bourse octroyée : sélection sur base d’un dossier à transmettre pour le 31 décembre 2012.

    De plus, grâce à l'APEF, Article27, le Script, l'IFC et l'ONE, certaines de nos formations et conférences sont proposées gratuitement ou à un tarif préférentiel, selon certaines conditions. Vous pouvez les découvrir et obtenir les informations sur la page dédiée de notre site Internet.

    > Info : 0(032)81 55 41 40

    http://www.universitedepaix.org/newsletter/newsletters/01-12-2012/

    RépondreSupprimer
  5. Le CeaQ organise le 12/12/12 le colloque international

    LA FAIM DU MONDE

    14h30-17h30 Sorbonne Salle du conseil (12 rue de l'école de médecine 75005 Paris)

    Introduction par le CeaQ

    ACTE I: Président Stéphane Hugon (CeaQ)

    Denis Jeffrey (Université Laval): L'érotisme de la morsure

    Bennetta Jules-Rosette (University of San Diego): Les stratégies de survie, les noyaux de convivialité

    Fabián Sanabria (Universidad Nacional de Colombia): La part maudite des nouveaux chevaliers du monde

    ACTE II: Président Patrick Tacussel (Université Paul Valéry Montpellier 3)

    Michel Maffesoli (Sorbonne - IUF): De la fin à la faim du monde

    19h Fondation d'Entreprise Ricard (12 rue boissy d'anglas, 75008 Paris): "Invitations à l'imaginaire" avec Michel Maffesoli, Patrick Tacussel, Gianni Vattimo

    Rectification: suite à un problème du dernier moment le Professeur Zygmunt Bauman sera malheureusement ABSENT

    RépondreSupprimer
  6. Right now at a UN meeting in Dubai, authoritarian regimes are pushing for full governmental control of the Internet in a binding global treaty -- if they succeed, the internet could become less open, more costly and much slower. We have only 2 days to stop them.

    The Internet has been an amazing example of people power -- allowing us to connect, speak out and pressure leaders like never before. That's largely because it's been governed to date by users and non-profits and not governments. But now countries like Russia, China and United Arab Emirates are trying to rewrite a major telecom treaty called the ITR to bring the Internet under its control -- the web would then be shaped by government interests and not by us, the users. Tim Berners Lee, one of the "fathers of the Internet," has warned that this could increase censorship online and invade our privacy. But if we object with a massive people-powered petition, we can strengthen the hand of countries fighting this power grab.

    We have stopped attacks like this before and can do it again before the treaty text is locked this week. A wave of opposition to a new ITR is already building -- sign the petition to tell governments hands off our Internet! and then forward this email to everyone you know -- when we hit 1 million signers, it'll be delivered straight to the delegates at this cozy meeting:

    http://www.avaaz.org/en/hands_off_our_internet_i/?bSowrdb&v=20029

    ./...

    RépondreSupprimer
  7. ./...

    The meeting to update the ITR (International Telecommunication Regulations) is being convened by a UN body called the International Telecommunications Union (ITU). Normally, it wouldn't merit much attention, but Russia, China, Saudi Arabia and others are trying to use the meeting to increase government control of the Internet through proposals that would allow for access to be cut off more easily, threaten privacy, legitimize monitoring and traffic-blocking, and introduce new fees to access content online.

    At the moment, our Internet has no central regulatory body, but various non-profit organisations work together to manage different technological, commercial and political interests to allow the Internet to run. The current model is certainly not without its flaws. US dominance and corporate influence highlight the need for reform, but changes should not be dictated from an opaque governments-only treaty body. They should emerge from an open and transparent, people-powered process -- putting the interests of us users in the center.

    The ITU does extremely important work -- expanding affordable access for poor countries and securing networks -- but it's not the right place to make changes to how the Internet operates. Let's ensure that our Internet stays free and governed by the public and show the ITU and the world that we won’t stay silent in the face of this Internet attack. Click below to sign and then share this email widely:

    http://www.avaaz.org/en/hands_off_our_internet_i/?bSowrdb&v=20029

    Avaaz members have come together before to save the free web -- and won. More than 3 million of us demanded the US kill a bill that would have given the government the right to shut down any website, helping push the White House to drop its support. In the EU, the European Parliament responded after 2.8 million of us called on them to drop ACTA, another threat to the free net. Together, now we can do it again.

    With hope,

    Pascal, Ian, Paul, Luca, Caroline, Ricken, Kya and the rest of the Avaaz team

    SOURCES

    Cerf and Berners Lee Criticize ITU Conference (IT Pro Portal):
    http://www.itproportal.com/2012/12/05/sir-tim-berners-lee-joins-criticism-of-un-internet-regulation-talks/#ixzz2EDlH06f5

    ITU and Google face off at Dubai conference over future of the internet (Guardian):
    http://www.guardian.co.uk/technology/2012/dec/03/telecoms-unitednations

    Keep the Internet Open (New York Times):
    http://www.nytimes.com/2012/05/25/opinion/keep-the-internet-open.html?_r=1&

    Proposal for global regulation of web (Financial Times):
    http://www.ft.com/intl/cms/s/0/1b114d8c-422e-11e2-bb3a-00144feabdc0.html#axzz2EdnmBAXI

    Who controls the Internet? (Guardian):
    http://www.guardian.co.uk/technology/2012/oct/17/who-rules-internet

    RépondreSupprimer
  8. Mesdames, Messieurs,

    "La FAIM du monde" c'est aujourd'hui le 12.12.12. à partir de 14h30 en Sorbonne.

    Le CeaQ vous invite aussi à la suite du colloque de l'après-midi avec la rencontre "Invitations à l'imaginaire" à la Fondation Ricard

    «De la FIN du monde à la FAIM du monde»

    Michel Maffesoli reçoit Gianni Vattimo, philosophe et Patrick Tacussel, sociologue

    Face au catastrophisme ambiant, et à la sinistrose propre aux "supposés sachants", c'est à dire cette intelligentsia de plus en plus déconnectée du réel, il y a lieu d'apprécier les nouvelles formes de solidarité et de générosité traversant le corps social.
    La CONVIVIALITÉ est une caractéristique essentielle des modes de vie postmoderne. Être-ensemble pour être-ensemble, développement du plaisir d'être, hédonisme ambiant, voilà autant de phénomènes propres au (re)nouveau de l'HOMO EROTICUS.

    C'est pour débattre de cela que Michel Maffesoli reçoit Gianni Vattimo (philosophe ; Turin) et Patrick Tacussel (sociologue ; Montpellier).

    Le mercredi 12 décembre 2012 à 19h - Entrée libre
    Fondation d'Entreprise Ricard
    12 rue boissy d'anglas
    75008 Paris
    Metro: Concorde ou Madeleine

    Cordialement

    Le CeaQ

    RépondreSupprimer
  9. "Ce qui me paraît encore et toujours incroyable avec les réactions violentes que peuvent susciter certaines mises en scène d’opéra, c’est qu’on ne les imagine pas lorsqu’il s’agit de performances, de films, de vidéos, etc. Une partie du public et de la critique donne le sentiment qu’elle espère que l’opéra pourrait échapper à la réalité contemporaine, aux questions de société, à la violence qui nous entoure…/…"

    Ainsi s'exprime Krzysztof Warlikowski dans Le Soir du 7 décembre.


    La mise en scène de la Traviata proposée actuellement par la Monnaie fait débat. Tant mieux. Dans une société qui oublie à intervalles réguliers combien elle est essentielle, la création ne peut être meilleure avocate d’elle-même que quand elle traduit avec audace et intelligence la violence du monde contemporain. Cette proposition artistique interpelle et donne à penser? Voilà bien le sens d’une création.

    Cette question dépasse de loin la seule sphère de l’opéra. Sur les scènes de théâtre, les écrans de cinéma, dans les livres, si l’exigence et la liberté sont sa loi, l’art dit le monde, autrement. Il questionne sa beauté, sa violence insensée, ses injustices insupportables. Il dit les passions, les joies et les douleurs qui nous habitent.

    La création est au cœur de l’humain et de la cité. Il faut donc, en temps de crise, augmenter et non couper les budgets culturels parce qu’il faut plus que jamais nourrir l’imaginaire de tous, stimuler le créateur qui est en chacun de nous. Comment sans cela, sortir de nos formidables impasses? Comment inventer un monde différent?

    Sabine de Ville
    Culture et Démocratie
    http://www.cultureetdemocratie.be/fr/outils/lettre/lettre-email.html

    RépondreSupprimer