dimanche 31 décembre 2017

Non à la médiocrité, 2018 fois non à la manipulation, à la mauvaise foi, au mensonge et au rapport de force!















«Aujourd'hui comme jadis,
l'ennemi de l'homme est au fond de lui.
Mais ce n' est plus le même:
jadis, c'était l'ignorance;
aujourd'hui, c'est le mensonge.
»
(Jean-François Revel) (1)


«Il n'y a pas longtemps,
c'étaient les mauvaises actions
qui demandaient 
à être justifiées.
Aujourd'hui, 

ce sont les bonnes.»
Ainsi s'exprimait Albert Camus.
Quelques décennies plus tard,

un autre Français,
le philosophe Michel Lacroix,
développe une idée
qui peut sembler
encore plus pertinente (2).
A savoir que,
alors qu'au XIXe siècle,
nos ancêtres étaient obsédés
par l'opposition 
du bien et du mal,
il n'en irait plus de même
pour nos contemporains.
Car désormais,

ce qui tourmenterait
la plupart d'entre nous,
ce serait bien davantage
l'écart entre le moi idéal
et le moi réel.

Au point que 
la «tyrannie du moi idéal»
se substituerait 
de plus en plus 
à celle du surmoi.
Et que la crainte 
de la médiocrité
remplacerait toujours davantage celle de la culpabilité.
Dans ce contexte, 
que vous souhaiter pour l'année qui s'ouvre?
Douze mois pleins d'excellence peut-être.
Cinquante-deux semaines 
empreintes d'une joyeuse émancipation sans doute.
Mais aussi et surtout trois cent soixante-cinq jours teintés,
comme l'écrivait cet autre philosophe français 
qu'était Paul Ricoeur,
d'«une vie bonne, avec et pour autrui, dans des institutions justes» (3).
Non à la médiocrité, donc!
Mais 2018 fois non à quatre de ces autres perfides bêtes 
qui montent, qui montent, qui montent...
Le mensonge
La mauvaise foi
La manipulation 
Et le rapport de force.





(1) Revel Jean-François, La connaissance inutile, Grasset, Paris, 1988. 
(2) Lacroix Michel, Le Développement personnelcoll. Dominos, Flammarion, Paris, 2000.
(3) Ricoeur Paul, Soi-même comme un autre, Seuil, Paris, 1990.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire