mercredi 27 février 2013

Actu. La toute grande porte de sortie du digne indigné


Engagé , il le sera resté jusqu'au bout.
Passionné et passionnant aussi.
Mais il faut que jeunesse se passe.
A 95 ans, 
 Stéphane Hessel nous quitte
dans la force de l'âge.
Sans résister ni s'indigner, cette fois. 
L'homme n'est pas près de tomber dans l'oubli.  
Respect...


«Je considère qu’il ne faut pas vivre trop vieux. 
Il faut vivre, avec plaisir, tant que l’on a à peu près les moyens de s’exprimer. 
Tant que cela dure, je suis content de vivre.  
Mais dès que cela va commencer à disparaître...
Je suis heureux.
La mort est pour moi, un grand projet.
Je pense que de toutes les expériences que l'on fait dans une vie, celle qui est peut-être la plus intéressante, c'est la mort.
A ce moment, on verra ce qui reste et ce qui vient.
Ce qui  reste, on le voit...
La vie, on l'a derrière soi.
Pour moi, elle a été belle, avec des moments affreux et des moments admirables.
Belle...
Mais la mort sera peut-être plus belle encore, qui sait...?»

«Il faut s'engager dans des formes d'actions politiquement responsables et sortir un peu de ce sentiment "tous pourris", "cela n'a pas d'importance", "on ne peut avoir confiance en personne"...
Très dangereux!
Parce qu'à ce moment-là, on reste en marge.
Alors qu'il faut être "dedans"!»

Stéphane Hessel

L'indignation, à tort ou à raison
«Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik n'a pas tort de considérer que l'indignation peut être "le premier temps d'un engagement aveugle", mais qu'il faut aussi, en un deuxième temps, nous demander de raisonner et non de nous indigner.
Grâce soit rendue à ceux qui ont capté la nécessité de cette "double détente" mais gare à ceux qui, comme les populistes à la Grillo, qui peuplent désormais l'Europe, n'ont retenu que la première partie.
Les premiers tentent de reconstruire le monde meilleur que Hessel appelait de ses voeux, les seconds en sont les pires ennemis.» (Delvaux Béatrice et Toussaint Yvon, L'édito. L'indignation passe par la raison, in Le Soir du 28 février 2013, p.2)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire