vendredi 10 mai 2013

Revenu de base. Signez ici...


Elle était attendue depuis plus d’un an… 
Cette fois, c’est la bonne! 
Les efforts produits 
par des citoyens et organisations 
émanant d'une bonne quinzaine de pays différents 
viennent enfin d’être récompensés.
Avec une première conséquence:
la possibilité qui vous est désormais offerte 
de signer officiellement 
l’initiative citoyenne européenne 
pour le revenu de base inconditionnel...

Plus d’un an de préparation.
Un échec. 
Une récidive.
D'insupportables mois d’attente.
Et puis, une première récompense: la Commission européenne acceptait finalement la proposition d’initiative d'un comité de citoyens.
Qui travailla d’arrache-pied (1) pour mettre en place le système de collecte en ligne des déclarations de soutiens (2) ainsi que le site de campagne officiel basicincome2013.eu (3).


 

Objectif million !


L'objectif?
Récolter un million de signatures avant le 14 janvier 2014.
Et atteindre pour cette date un quota minimal dans (au moins) sept pays de l’U.E. 
En France, par exemple, le seuil est fixé à 55.500. 
Condition sine qua non pour que mettre la Commission dans la double obligation 
. d'examiner une demande citoyenne,
. d'offrir à ses initiateurs une audience devant le Parlement européen.

Ouvrir le débat sur le revenu de base

La barre est-elle placée fort haut? 
Oui, sans aucun doute.
Mais qu'importe...
«L’idée est avant tout de lancer un vaste débat public, souligne l’un des porteurs de ce projet, Stanislas Jourdan. 
Autour du revenu de base, bien sûr. 
Mais aussi, plus largement, autour de toutes les questions que cette idée suscite sur notre rapport au travail, à l’argent, au temps, et à notre citoyenneté.»
Selon la formulation de l’initiative citoyenne européenne enregistrée le 14 novembre 2012 et intitulée «Revenu de base inconditionnel – Explorer une voie vers des conditions émancipatrices dans l’UE», il s'agira, en tout état de cause, de tenter d'obtenir des institutions européennes 
. qu'elles mettent à l’ordre du jour la question du revenu de base, 
. qu'elles financent des études pilotes pour éclaircir les différentes modalités de mise en place à l’échelle du Vieux Continent. 

La France maillot jaune

 
Depuis l’ouverture du système de collecte en ligne, plus de 750 déclarations de soutien ont déjà été récoltées. 
La France arrivait en tête du nombre de signatures lors du premier décompte journalier (plus de 230).
Ce pays peut, il est vrai, s'enorgueillir d'une campagne soutenue et animée par le Mouvement Français pour un revenu de base.
Une association qui, créée au début du mois de mars 2013, s'est engagée à prendre en charge la co-animation du site revenudebase.info
et se voit épaulée par plusieurs groupes locaux chargés de promouvoir l’initiative au plus proche du citoyen.
Ce citoyen que vous êtes.
Ce citoyen qu'est votre ami.
Ce citoyen qu'est votre autre ami. 
Si vous voyez ce qu'on veut vous dire...

(1) Avec la Commission.
(2) Signatures. 
(3) En plusieurs langues.

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    le CeaQ a le plaisir de vous inviter à la prochaine rencontre des "Invitations à l'imaginaire" le lundi 13 mai.

    À cette occasion Michel Maffesoli invite Christophe Bourseiller, journaliste, animateur de la Matinale de France Musique, et auteur d'une trentaine d'ouvrages parmi lesquels " Vie et Mort de Guy Debord", ainsi que Olivier Penot-Lacassagne, maître de conférences à Sorbonne Nouvelle, spécialiste d’Antonin Artaud et des avant-gardes poétiques à debattre de "Contre-Culture":

    Qu'est-ce qu'une contre-culture ?
    Comment interpréter le sens général des contestations et des ruptures culturelles de la seconde moitié du XXe siècle ? En quoi celles-ci, à partir des années 1950 ont-elles bouleversé les mentalités ? Il s'agit bien d'un phénomène pluriel porté par le désir d'une transformation radicale de la société. Est-ce l'amorce de la postmodernité ou un sursaut de la modernité finissante ?

    Le lundi 13 mai 2013 à 19h - Entrée libre

    Fondation d’entreprise Ricard

    12 rue Boissy d'Anglas
    75 008 PARIS
    Métro: Concorde, Madelaine

    Très cordialement

    Le CeaQ

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,


    Dans son livre « Arts of the wise leader », qui a servi de fil rouge pour notre cycle de séminaires, Mark Strom décrit la sagesse comme la capacité de bien lire la vie, d’interpréter avec discernement ses dessins (patterns).

    Dans le monde du travail et des organisations, cette sagesse peut impliquer de démasquer les folies managériales qui y sévissent trop souvent.

    En effet, de nombreuses études montrent que le succès durable d’une organisation dépend en grande partie de la capacité de ses dirigeants à rester objectifs en toutes circonstances, à colorer le moins possible la réalité de leur subjectivité, de leur ego, comme nous l’avons également vu avec Jacques Castermane.

    Ce n’est donc pas un hasard si, en ces temps de crise, de plus en plus de formations en leadership enjoignent leurs participants à développer leur sagacité ou leur capacité de discernement, termes proches et peu usités jusqu’ici.

    La sagacité peut être définie comme la pénétration d’esprit, la perspicacité qui fait découvrir et démêler promptement et sûrement les choses les plus difficiles, les plus cachées ; le discernement est la faculté de reconnaître distinctement en faisant un effort des sens (vue, ouïe,...) ou de l'esprit, ou de tous ces éléments conjugués. C’est la capacité, lorsqu’on fait face à des questions fondamentales, de prendre le temps de bien réfléchir ensemble, d’évaluer les choix à faire en restant guidés par notre finalité et de laisser la décision s’imposer d’elle-même.

    Le discernement, comme la sagacité, peuvent en première approche se rapprocher de l'intuition, une faculté que nous avons abordée lors de notre premier séminaire avec Sébastien Henry. Cependant, l'intuition, qui est une prise de conscience immédiate et individuelle, peut conduire à des erreurs d'appréciation. Toute intuition doit donc être vérifiée à partir de plusieurs sources. Le discernement doit donc faire appel à différents modes de raisonnement. Il est d'autant plus précis qu'il est partagé, et débattu au travers de dialogues – d’abord avec nous-mêmes, dans le retrait et la solitude – dont nous avons vu l’importance avec Emmanuel Toniutti dans notre séminaire du mois d’avril.

    Pour le dernier séminaire de notre cycle et avant d’en faire la synthèse avec Mike Thompson, directeur du Centre for Leadership & Responsibility au CEIBS (China Europe International Business School de Shanghai & Beijing) le 13 juin, nous aurons le plaisir d’aborder une voie particulière pour développer notre objectivité, sagacité ou capacité de discernement : celle que propose le Vedanta, une école de philosophie indienne issue de la tradition ancienne de l'Inde qui se consacre à la réalisation de la « réalité ultime ».

    Nous aurons la chance de pouvoir le faire ce 23/05 avec Surya Tahora, qui nous viendra tout droit de l’Inde pour l’occasion. Philosophe, Docteur en Sciences Pharmaceutiques, titulaire d’un MBA, Surya a travaillé de nombreuses années pour des grands groupes français comme L’Oréal ou Air France mais se consacre maintenant à l’enseignement de l’Advaita Vedanta, la tradition d’enseignement de la Non-Dualité. Il sera accompagné de Xavier Bertrand, diplômé de l’ESSEC Business School de Paris et ex-CEO de Chanel en Inde où il étudie depuis 15 ans le Vedanta.


    Objectivité, discernement & sagacité – la voie du Vedanta ? - Séminaire avec Surya Tahora

    Quand : le Jeudi 23/05/13 de 19:30 à 22:30 (repas inclus)

    Où : ICHEC - Manoir d'Anjou Campus - Rue Au bois 365A - B-1150 Woluwé-Saint-Pierre (à côté de SportCity)


    Notez que les Vendredi et Samedi 24 et 25/05, de 9 :00 à 18 :00, Surya Tahora et Xavier Bertrand animeront également un atelier exceptionnel de pratique Vedanta, axé sur le développement de la capacité à être objectif.

    Où : Ligue des Optimistes - Av. Alfred Solvay, 1 à 1170 Watermael-Boisfort.


    Roland Vaxelaire & Laurent Ledoux
    Pour Philo & Management asbl
    0478 62 14 20

    RépondreSupprimer