dimanche 6 juillet 2014

Courants de pensée et modes de vie émergents (40) Engagement phi. Devenir à soi-même une question

















Telle est la tâche 
que s'assigne tout qui, 
«mutant» et adepte 
de l'«engagement phi»
s'adonne de près ou de loin 
Objectif lucidité?
Oui.
Mais pour y tendre,  
un détour s'impose.
Celui d'un «décryptage»...


L’anthropologie philosophique propose une double démarche:
. le recours à la lucidité d’un art de me voir,
. le détour par un «décryptage» (1).
«Le philosophe ou l’apprenti philosophe qui fait de l’anthropologie entend d’abord s’examiner lui-même en tant que personne, confie un spécialiste belge de la discipline, Michel Dupuis (voir portrait ci-dessus).  
Car c’est autour de ce qu’il découvre en lui qu’il cherche à organiser tout ce qu’il trouve chez l’homme de l’histoire et chez l’homme contemporain. 
Il s’agit donc avant tout de quitter le stade pré-philosophique du sommeil -qui ignore le problème de l’homme, dans une sorte de cohabitation endormie avec soi- ou de l’inquiétude -hantée par l’absurdité de l’existence- pour devenir à soi-même une question. 
L’anthropologie philosophique est donc plus qu’une attente passive. 
Elle est une interrogation active, une attention, un "recueillement" qui se fait en terme de "Je" ou de "Tu".»
Un bémol, cependant: Karl Marx (2), Friedrich Nietzsche (3) et Sigmund Freud (4) ont formulé des critiques graves qui mettent en cause l’authenticité de ma conscience.
L’apport de ces «maîtres du soupçon» a contribué à accréditer l’idée que je ne suis pas maître de moi, dans la mesure où je suis déterminé par un inconscient. 
Conséquence: la connaissance directe de moi-même est vouée à l’échec.
J’ai besoin d’une aide extérieure.
Le fait que l’homme d’aujourd’hui ait renoncé à se connaître lui-même d’une façon immédiate et transparente empêche-t-il de rester fidèle à la vision d’un sujet capable de traverser cette épreuve de la non-connaissance véritable de lui-même? 
Non. 
Mais une telle lucidité appelle au détour par un art de me décrypter.
La plupart du temps, en effet, ma pensée exprime moins ma «vérité» que mes pesanteurs, mes défenses et mes conditionnements.
Seule, donc, une boucle par l’extérieur, en autorisant un réel dépassement de croyances initialement fortuites, incertaines et circonstancielles, peut autoriser l’accès à une pensée authentique de moi-même.

Demandez le programme…

Pour dépasser ces instances de contrôle qui, plutôt que la réalité de ce que je suis, traduisent, au mieux, une somme d'«habitudes» psychologiques, socio-économiques ou culturelles, l’anthropologie philosophique renvoie autant aux grandes œuvres culturelles (en particulier littéraires) qu’aux découvertes scientifiques, la philosophie gardant, quant-à elle, la possibilité d’interroger ces savoirs particuliers.
Cette conversation entre art et spéculation est nécessaire pour développer une sérieuse méditation sur l’homme. 
Une méditation capable, notamment, d’affronter le poids des sciences humaines.
L’anthropologie philosophique développe donc un travail en dialogue:
. dialogue avec la littérature des Sophocle, Shakespeare, Goethe, Dostoïevski et autre Primo Levi,
. dialogue avec l’art en général,
. dialogue avec les sciences humaines,
. dialogue avec les sciences de la nature biologiques,
. dialogue, même, avec la cosmologie.
«L’anthropologie philosophique a l’ambition de tenir ensemble -fût-ce de manière assez lâche- la somme des concepts proposés, conclut le professeur de l'Université Catholique de Louvain (UCL). 
Elle combine l’unité d’un projet et la diversité de ses contenus.»
Vaste programme… (5)

(A suivre)

Christophe Engels 


(1) On préférera ici le terme de «décryptage» à celui de «décodage» dans la mesure où, en l'espèce, il n'existe évidemment pas de code dont il serait possible de se servir pour décoder ce qui aurait préalablement été codé.
(2) 1818-1883.
(3) 1844-1900.
(4) 1856-1939.
(5) Pour suivre (sous réserve de changement de dernière minute):   
. la suite d'une série de messages consacrés à une réflexion approfondie sur les courants de pensée et modes de vie émergents,
. des analyses sur la social-démocratie, l'écologie politique (après le libéralisme ainsi que l'humanisme démocratique qui, pour rappel, ont d'ores et déjà été abordés) et l'immigration.


2 commentaires:

  1. Le CAC fait 7 propositions pour le «choc de simplification»


    Dans le cadre de la mission que le Premier ministre Emmanuel Valls vient de confier à Yves Blein, député du Rhône, le Collectif des associations citoyennes (CAC) a fait 7 propositions pour que le «choc de simplification» s’applique à toutes les associations, en s’appuyant sur de nombreux témoignages :

    - simplifier les dossiers de demandes de subventions en permettant aux associations de ne déposer qu'une seule fois sous une forme dématérialisée les pièces nécessaires;

    - proportionner les contrôles à la réalité de la vie associative, en s'appuyant sur la comptabilité de l'association sous la forme où elle est et en abandonnant des exigences inspirées des règles européennes pour des dossiers qui n'en relèvent pas, ce qui correspond à la réalité de 97 % des associations;

    - réhabiliter les subventions de fonctionnement centrées sur le projet associatif, comme le prévoyait déjà la circulaire du 27 décembre 2002;

    - financer les projets sur la base d'un montant déterminé et non d'un pourcentage des dépenses, aller vers des avances automatiques, constituer un fonds d'urgence à taux zéro pour répondre aux difficultés de trésorerie les plus importantes, notamment lorsque celles-ci sont la conséquence directe des délais de prise de décisions des collectivités publiques;

    - assouplir la règle de l'antériorité en autorisant les associations à commencer la réalisation des projets ou à assurer la continuité des actions, ce qui signifie que les dépenses correspondantes sont éligibles même si elles précèdent la décision formelle d'attribution des crédits;

    - aller vers des méthodes d'évaluation qualitatives adaptées en s'inspirant de la circulaire Jospin du 25 août 2000 qui définissait ce que peut être une politique quantitative et qualitative d’évaluation;

    - créer des lieux de dialogue permanents, au niveau de l'État ou localement au niveau des collectivités, pour éviter la résurgence des complexités.

    Le CAC sera très attentif aux décisions qui pourront être prises, en espérant que celles-ci apporteront dans la durée des réponses aux problèmes que rencontrent les associations. Il renouvelle sa proposition de rencontrer la mission ministérielle pour lui proposer des contributions plus détaillées.

    Cette initiative rejoint celle de la Région Île-de-France, qui a également ouvert le dossier des simplifications, réflexion à laquelle le CAC est associé. Celui-ci salue ces initiatives très positives. La complexification des procédures constitue aujourd'hui une des causes principales de disparition d'associations citoyennes et de pertes d'emplois, presque aussi importante que le recul des financements publics et la multiplication des appels d'offres.

    Ces mesures sont indissociables de la mise en place de chartes locales d'engagements réciproques qui permettront de concrétiser un climat de confiance, en donnant toute leur place aux 1,2 million d'associations petites et moyennes.

    Certaines des mesures ne sont pas d’ordre législatif, il serait essentiel qu’elles figurent dans la nouvelle circulaire, en discussion depuis de nombreux mois, qui doit remplacer la circulaire Fillon du 18 janvier 2010.


    Pour les propositions détaillées du CAC sur la simplification, voir: http://www.associations-citoyennes.net/wp-content/uploads/2014/07/Qq-observations-et-propositions-pour-simplifier-1-7-14-OK.pdf


    Collectif des Associations Citoyennes
    108 rue Saint-Maur
    75011 Paris
    contact@associations-citoyennes.net
    www.associations-citoyennes.net
    et www.nondisparitionassociations.net

    RépondreSupprimer
  2. L’Europe a rendez-vous avec un autre monde, à Paris du 19 au 23 août !

    Plus de mille personnes de toute l’Europe se retrouveront du 19 au 23 août à Paris (Université Paris VII - Diderot) pour un grand rassemblement altermondialiste: l’Université d’été européenne des mouvements sociaux (European Summer University - ESU).

    Organisé à l’initiative du réseau des Attac d’Europe, cet événement sera l’occasion de rencontres et débats, avec la participation de nombreuses personnalités internationales parmi lesquelles David Graeber, Susan George, Eric Toussaint, Aris Chatzistefanou, Lori Wallach, Aminata Traoré, Walden Bello ou encore Pablo Solon…

    N’attendez plus et inscrivez-vous dès maintenant sur www.esu2014.org !

    Vous pouvez également nous soutenir en faisant un don.

    Le programme complet est à retrouver sur http://www.esu2014.org/spip.php?page=programme

    RépondreSupprimer