vendredi 10 février 2012

Empathie. De l'autre côté de ton regard...

Superbe voyage
que celui
auquel me convie
l’empathie.
Voyage dépaysant.
Voyage enrichissant.
Mais, toujours,
voyage aller-retour.
Et si je m’invitais
délicatement dans ton vécu…

Dans la société individualiste qui est la nôtre, l’empathie est mal comprise.
Au point d’apparaître, parfois, comme le vestige un peu désuet d’un monde irrémédiablement disparu.
Sinon comme le témoignage d’un idéalisme illusoire à la connotation judéo-chrétienne et poussiéreuse.
Ringarde, l’empathie?
Voire…
Elle reste souvent une excellente route de contournement.
Contournement de l’obstacle du repli sur soi.
Contournement des séquelles d’un monde trop souvent centré sur l’impitoyable règle du rapport de force.
Contournement de tous ces conflits inextricablement liés aux nuisances d’une nauséabonde malhonnêteté, fût-elle même simplement intellectuelle.
Encore convient-il de savoir de quoi l’on parle.
Car si le mot empathie (1) est fréquemment réduit à l’idée d’un effort consenti pour me mettre «dans la peau» de l’autre, il renvoie en fait à une réalité plus précise…

Esprit, es-tu là ?

Le philosophe chinois Tchouang-Tseu (2) associait l’empathie à l’essence d’une qualité d’écoute pleinement authentique…
«L’écoute exclusivement auditive est une chose, expliquait-il.
L’écoute intellectuelle en est une autre.
Mais l’écoute de l’esprit ne se limite pas à une seule faculté –l’audition ou la compréhension intellectuelle.
Elle requiert un état de vacuité de toutes les facultés.
Lorsque cet état est atteint, l’être tout entier est à l’écoute.
On parvient alors à saisir directement ce qui est là, devant soi, ce qui ne peut jamais être entendu par l’oreille ou compris par l’intellect.» (3)(4)(5)

(A suivre)

Christophe Engels

(1) Du grec ancien εμ, à l'intérieur, et πάθoς, ce qu'on éprouve.
(2) Penseur chinois du IVe siècle avant Jésus-Christ, à qui l'on attribue la paternité d'un texte essentiel du taoïsme appelé
«Zhuangzi» et surnommé «Classique véritable du Sud de la Chine».
(3) Cité in Rosenberg Marshall, Les mots sont des fenêtres (ou des murs), Introduction à la Communication Non Violente, Jouvence, Thonon-les Bains (France), 1999-2005, pp.121-122.
(4) Ce message est extrait de Engels Christophe, Empathie. De l’autre côté de ton regard...
, in L'Observatoire de l'action sociale, n°70, Liège, octobre, 2011, pp.67-70. Avec l'aimable autorisation de la directrice, Colette Leclercq, que nous remercions.
(5)
Pour suivre (sous réserve de modifications de dernières minutes): des messages consacrés
. à l'empathie (avec l’aide précieuse de Jean-Marc Priels),
. à plusieurs aspects de la Communication Non Violente et à l'Université de Paix (d'après Marshall Rosenberg, avec l’aide précieuse de Jean-Marc Priels),
. à la reliance et à la sociologie existentielle (par et d'après Marcel Bolle de Bal),
. au personnalisme (par Vincent Triest,...)....

Aucun commentaire:

Publier un commentaire