mardi 2 août 2011

Actu. Le PIB, à bout portant...


«Nouvelles valeurs,
nouvelles richesses,
nouvelles mesures,
nouvelles monnaies.»
Tout est nouveau

dans la treizième session
de l'Université Intégrale
du Club de Budapest!
Qui s'apprête à tirer à bout portant
sur le Produit Intérieur Brut....
En septembre, à Paris.

Economies et sociétés connaissent des ruptures majeures.
Qui appellent à des voies de réinvention globales: sociales, économiques, écologiques, culturelles, artistiques, spirituelles…
Or nos indicateurs de richesse, principalement dominés par le sacro-saint Produit Intérieur Brut (PIB), semblent rester figés dans les schémas du passé.
«Le PIB traduit une analyse de la réalité à travers un prisme particulier, explique le philosophe et économiste Patrick Viveret.
Un prisme exclusivement quantitatif, économique et dénué de toute considération qualitative ou citoyenne, qu'il s'agisse des niveaux de santé, d'éducation ou d'engagement associatif, du degré de violence, de l'intensité des inégalités socio-économiques ou encore de la qualité de la pratique démocratique.» (1)

Questions...

D'où les questions que posera la prochaine édition de l'Université Intégrale du Club de Budapest...
. Comment expliquer un tel immobilisme?
. Comment se caractérisent les évolutions sociétales?
. Comment impactent-elles notre rapport à la richesse?
. Que voulons-nous faire de nos sociétés?
. Sur quelles valeurs construire?
. Quelles sont les richesses qui comptent véritablement?
. Souhaitons-nous en rester à des sociétés engoncées dans des aspirations matérialistes?
. Ou préférons-nous miser sur les notions de bien-être, remédier aux inégalités sociales, donner plus de valeur à l’immatériel (création, design, conception…) et prendre en compte les incidences environnementales des activités humaines?

Réflexion...

On se souvient qu'en 2008, soit six ans après la parution du Rapport ViveretReconsidérer la richesse»), le Président de la République Française a sollicité des experts nationaux et internationaux dont le travail de réflexion a accouché du Rapport Stiglitz sur la mesure des performances économiques et du progrès social.
Une démarche qui a largement débordé le cadre franco-français puisque, hors hexagone, d’autres indicateurs ont été développés.
Indice du développement humain (Rapport mondial sur le développement humain, 1990), indice du bien-être économique (développé par Osberg et Sharpe), Bonheur Intérieur Brut (déployé au Bhoutan)...: les expériences en matière de nouveaux indicateurs de mesures ou de création de monnaies foisonnent désormais.

Action ?

Aujourd’hui, les sources d’inspiration et de réflexion sur le sujet dépassent nettement la seule perspective économique.
Elles renvoient également à la philosophie ou à la sociologie.
Mais alors comment expliquer que les questions d’indicateurs de richesses et de mesures économiques et sociales en restent encore au stade des rapports?
Le temps de l'application n'est-il pas venu?
Et ne convient-il pas, à présent, de valoriser les expériences, d'accélérer la transition et de changer d’échelle?
Autant de questionnements auxquels l'Université Intégrale du Club de Budapest s'efforcera d'apporter des réponses...

En bref
Quoi?
Treizième session de l'Université Intégrale du Club de Budapest: «Nouvelles valeurs, nouvelles richesses,nouvelles mesures, nouvelles monnaies.»
Qui?
Le Club de Budapest France
(Journée conçue par Carine Dartiguepeyrou, présidente du Club de Budapest France, ainsi que Bénédicte Fumey et Michel Nguyen The, membres du comité exécutif du Club de Budapest).
Quand?
Les lundi 19 et mardi 20 septembre 2011.
Où?
Forum,
104 rue de Vaugirard,
75006 Paris
(Métro Montparnasse, Duroc ou St Placide).
Combien?
www.clubdebudapest.org/index.php?option=com_content&task=view&id=95&Itemid=98
Mais encore...
www.clubdebudapest.org/index.php?option=com_content&task=view&id=95&Itemid=98


(1) Viveret Patrick, Webmagazine, 4/11/2008.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire